Morbi vitae purus dictum, ultrices tellus in, gravida lectus.

Promenons-nous

Dans l’épisode 8 du podcast, je vous avais partagé ma conversation très enrichissante autour de la balade avec Francesca de Social Dog. Francesca est promeneuse professionnelle et éducatrice canin, et je vous conseille d’aller écouter cet épisode. Néanmoins, la balade est un sujet important, dont on parle beaucoup, alors j’avais envie de revenir un peu sur ce sujet pour vous en décrire tous les bienfaits, pas que pour nos chiens, et vous donner quelques tips pour les améliorer.

Pour ma part, faire ces balades quotidiennes était une de mes motivations à accueillir un chien. Deux après, je peux aisément affirmer que je ne pourrais probablement plus m’en passer.

Pour beaucoup de personnes, promener son chien, ce n’est qu’un moment durant lequel on marche avec son chien en tenant sa laisse et en veillant à ce qu’il ne fasse pas de bêtises (comme manger des déchets, se battre avec d’autres chien, sauter sur des gens ou marcher sur la route sans autorisation). J’ai appris que c’est bien (bien) plus que ça et je voulais vous partager mes apprentissages et réflexions sur ce point.

LA BALADE, UN BESOIN POUR NOS CHIENS

Aujourd’hui, en éducation canine positive, vous entendrez souvent que la balade régulière est susceptible d’apaiser le chien et de diminuer un bon nombre de comportements dit « gênants ». Mais pourquoi ?

Pour commencer, il faut rappeler que la balade permet de répondre à tous les besoins du chien. Il existe, pour les chiens comme les humains, une pyramide des besoins fondamentaux, auxquels il est nécessaire de répondre pour atteindre l’état de bonne santé physique et mentale de l’individu. La pyramide des besoins du chien est composée de 5 étages que je voulais vous rappeler ici en vous montrant en quoi la balade permet de répondre à chacun d’entre eux :

Le besoin physiologique : renvoie aux besoins primaires (boire, manger, dormir, respirer etc.). On parle ici de tout ce qui maintien le chien en vit et en santé.

  • De ce côté-là, la balade contribue à ce besoin en maintenant le chien en bonne santé physique, de part la dépense physique qu’elle apporte. Basic.

Le besoin de sécurité : renvoie plutôt au besoin de se sentir en sécurité, en étant entouré d’individus de confiance, dans des endroits connus et sécurisants.

  • Ici, la balade permet de connaitre une multitude de choses et notamment de se confronter à ce qui peut faire peur. Or, y faire face, dans la douceur et la bienveillance, par une désensibilisation progressive, permet de rendre normale et ok des situations stressantes. La balade permet donc de rendre des situations, à la base stressante, connue puis accepter pour finalement se sentir plus en sécurité. Et par la multiplication de ce mécanisme, on arrive à avoir un chien à l’aise, qui se sent en sécurité dans n’importe quelle situation ou presque.

Le besoin social : renvoie aux interactions que le chien peut avoir, à la nécessité de communiquer et de côtoyer d’autres individus, que ce soit entre chiens, ou avec des individus d’une autre espèce.

  • De ce côté-là, la balade permet de faire des rencontres de tout type. Qu’il s’agisse de chien, d’humain ou d’autre chose, la balade permet de rencontrer le monde vivant qui nous entoure, de toutes les tailles, de toutes les formes, de toutes les couleurs. Au même titre que pour le point précédent, par la balade régulière en lieu approprié, ces rencontres permettent l’acceptation et les bonnes relations. Mis à part les cas particuliers de chien réactif pour lesquels je vous conseille de vous faire accompagner, il est important de laisser son chien découvrir les autres individus qui l’entourent. Même si, comme nous, il ne s’entendra pas avec tout le monde et aura ses préférences. En la matière, je vous conseille de privilégier la qualité à la quantité des rencontres (on y reviendra).

Le besoin d’estime : renvoie à toute la considération que peut apporter un maître à son chien. Il en va alors de la qualité de la relation qui existe entre eux.

  • Sur ce point, la balade est primordiale car elle permet au duo chien/humain de passer un moment ensemble. Un moment durant lequel l’humain est concentré sur le chien, avec confiance et bienveillance. C’est d’abord par les balades, à mon sens, qu’on apprend à connaitre son chien et qu’on tisse une vraie relation.

Le besoin d’utilité : fait référence aux activités pour lesquelles le chien a été génétiquement sélectionné en fonction de la race (ou des races) à laquelle il appartient. Ce n’est pas un déterminant absolu, mais selon les races, les chiens sont prédisposés physiquement et psychologiquement à certaines activités, quand bien même il ne les aurait jamais pratiqué, c’est ce qu’on appelle l’instinct. Ce point est important car cet instinct va induire des comportements déterminés, innés, qui vont souvent s’exprimer durant la balade, et il est important en tant que gardien de chien, de les connaitre et de les comprendre pour aiguiller, accompagner le chien en conséquence.

Par exemple : Charlie est un beagle. Le beagle est un chien de chasse à courre. Il a donc été sélectionner pour chercher et pister une proie (lapin, sanglier etc.) des kilomètres et des heures durant. En bonne végétarienne et anti-chasse que je suis, vous vous doutez bien que Charlie n’a jamais chassé et ne chassera jamais. Pour autant, son instinct de chasse existe et va induire des comportements types qui vont apparaitre systématiquement dans des situations données. Pour Charlie, ça va notamment se traduire par le besoin d’utiliser son odorat (entre autre). C’est ce qui explique le fait qu’il passe toujours son temps le nez au sol à la recherche de la moindre odeur. C’est clairement son nez qui le guide. D’ailleurs quand un chien trouve une piste (une odeur à suivre), il faut savoir que l’odorat prend le dessus sur les autres sens, notamment l’ouïe et la vue. Si vous rappeler un chien qui est en train de pister et qu’il n’a pas de réaction, c’est normal, il ne vous entend quasiment pas.

  • Cette notion d’instinct est importante car cela fait partie de lui, et c’est à mon sens trop peu pris en compte dans les informations données lorsqu’on se renseigne sur une race avant d’adopter. J’aurai sans doute l’occasion de vous faire un épisode sur le sujet si ça vous intéresse. Néanmoins, pour en revenir à nos moutons, vous l’aurez compris, la balade est un excellent moment pour satisfaire à ce besoin d’utilité propre à chaque chien. Bien qu’il soit de plus en plus courant qu’en tant que propriétaire de chien en 2021, nous voudrions diminuer un peu ces instincts qui peuvent être très contraignant dans la vie en société qu’on impose à nos chiens, ils font partie d’eux. Et souvent la balade n’aura d’intérêt pour eux que s’ils peuvent combler leur besoin d’une manière ou d’une autre. Il faut donc faire avec, alors autant connaitre précisément les caractéristiques de votre chien pour comprendre ses besoins et pouvoir y répondre.

A la lecture de la pyramide des besoins du chien, on comprend donc rapidement en quoi la balade constitue une activité indispensable au bon équilibre du chien en répondant à ses 5 besoins fondamentaux (besoin physiologique, de sécurité, social, d’estime et d’utilité). Ces 5 palliers sont les composantes même de ce pour quoi le chien a été créé et il convient d’en avoir connaissance pour y répondre, même, et surtout en 2021, dans un environnement différent de celui d’origine. On comprend mieux pourquoi la première des recommandations qui vous est faite quand vous faites appelle à un éducateur canin, c’est de promener votre chien.

UNE BALADE RICHE, QUOTIDIENNE ET ADAPTÉE À SON CHIEN

L’objectif à atteindre, c’est donc une balade riche, qui permettent de répondre à tous les besoins fondamentaux du chien. En pratique, il y a quelques règles d’or à respecter pour atteindre l’objectif de la balade riche.

A ce stade, vous aurez d’ores et déjà compris que « un chien a besoin d’un jardin pour être heureux » est un mythe. Le mythe du jardin est une idée reçue qui a la peau très dure. Très nombreux sont encore les gens qui ne prennent pas de chien parce qu’ils n’ont pas de jardin, et de gens qui ont un jardin et un chien qui n’en sort jamais. Ce qu’il faut comprendre, c’est que le jardin n’est qu’une pièce supplémentaire de la maison pour votre chien. Il le connait par cœur, et mise à part un chat qui passe de temps en temps, il connait toutes les odeurs qui s’y trouvent par cœur. Il n’y a donc la plupart du temps pas d’exploration, pas de dépense physique, pas de rencontre, pas de lien particulier avec vous.

Je vous l’accorde, avoir un jardin quand on a un chien, c’est hyper pratique. Il n’y a qu’à ouvrir la porte à 23h pour le dernier pipi avant de dormir. Ça permet à votre chien de longues siestes au soleil ou à l’ombre d’un arbre. Ça fait un bien fou au moral quand il est au repos. C’est un endroit où il peut se sentir vraiment bien. Mais ça ne suffit absolument pas à répondre à ses besoins.

Également, balader son chien ne signifie pas simplement sortir quelques minutes autour de chez soi pour qu’il fasse ses besoins, laisse et chrono en main et on rentre. De même que toute sortie avec son chien ne rime pas avec balade. Amener son chien au restaurant, faire des courses ou une sortie de canicross, c’est super car il voit et apprend beaucoup de chose, se dépense dans le dernier cas. Néanmoins, même si c’est fatiguant, tout le long de ce genre de sortie il doit s’adapter à la vie humaine qui l’entoure, faire preuve de patience, maîtriser ses émotions, tout ça sous votre contrôle et vos directives. On va lui demander de rester concentrer, de ne pas renifler, on va limiter ses interactions sociales. Ce n’est pas forcément un mal entendons-nous bien, mais ça ne contribue pas là-encore à répondre à ses besoins et cela doit rester complémentaire aux balades riches.

Mais alors ça doit ressembler à quoi une balade riche ?

Une balade, c’est un moment où le chien peut être un chien ! Un moment durant lequel il peut se promener à son rythme, dans sa bulle/dans son nez, le plus possible en étant libre de ses mouvements (j’y reviendrai dans un prochain épisode), durant lequel il peut s’arrêter, marcher, courir, revenir sur ses pas, nous suivre de près ou de loin, dire ou pas bonjour à des copains, se rouler par terre, trouver des choses.

En ville ou en pleine nature, les deux peuvent permettre de grands moments de balade riche, du moment que votre chien peut être un chien et exprimer les comportements qui lui sont propres.

La balade, c’est aussi un moment où on limite nos interactions avec lui pour le laisser être chien et exprimer ce qu’il a besoin d’exprimer en tant que chien. D’ailleurs, je voudrai vous partager deux tips à mettre en place pour enrichir la balade de son chien tout en travaillant sur nous :

  • La balade silencieuse prônée par Mickaël, de Amikanin, mon invité de l’épisode 11. Le principe, c’est de rester silencieux le plus possible tout au long de la balade de son chien. L’idée est de privilégier les interactions non verbal. En résumé: on se tait (et c’est pas évident !).
  • La balade intuitive prônée par ma copine Marie, l’humaine de Tofu et mon invitée de l’épisode 2. Là aussi, le but est de laisser son chien tranquille et notamment lui laisser l’initiative du choix de la balade. Il n’y a qu’à se laisser guider.

Clairement, c’est votre chien qui vous promène, et ça fait un bien fou ! Ces deux exemples de chose à mettre en place visent à favoriser la prise initiative du chien, à le laisser vivre pleinement et entièrement sa balade. Et c’est à triple intérêt !

  • Pour vous: le laisser être maitre du chemin, être tranquille pour interagir avec son environnement, ce n’est pas évident car cela demande de lâcher prise, de moins contrôler, d’accorder plus de confiance. Mais si vous avez écouté mon précédent épisode Dans la niche vous aurez compris que c’est l’objectif et que ça permet à terme de vivre bien plus sereinement. Travaillez sur vous !
  • Pour votre chien: Les chiens sont plus réceptifs à la communication gestuelle, non verbale, qu’au brouahah permanent de consignes et ordre en tous genre qu’on peut leur proposer. Il va donc devoir véritablement se concentrer sur vous et ça va renforcer son focus à distance.
  • Pour votre relation: lui faire confiance c’est l’inviter à nous faire confiance. Lui laisser l’initiative c’est le plus beau cadeau que vous pouvez lui faire et je vous assure qu’il saura vous le rendre. C’est là que la balade répond au besoin d’estime, qu’elle renforce la relation, crée de la complicité et de beaux moments. Ça demande un effort de lâcher prise, mais ça vaut le coup, croyez-moi.

Vous l’aurez compris, confiance et bienveillance sont les maitres mots de la balade. À mon sens ce n’est qu’avec ces deux éléments qu’on peut laisser suffisamment d’espace à son chien pour qu’il profite de sa balade, pour que ce soit un vrai moment de dépense physique et mentale, et pour que celle-ci réponde véritablement à tous ses besoins.

Niveau fréquence et durée, je serais bien incapable de vous annoncer à froid de combien de temps de balade hebdomadaire a besoin votre chien. Pour ça, je vous invite à vous renseigner sur les besoins propres à la race de votre chien, mais surtout d’apprendre à connaitre ce dernier, c’est lui votre meilleur indicateur pour savoir si c’est trop ou pas assez. Néanmoins, gardez en tête qu’un chien bien dans sa tête et dans ses pattes, c’est un chien fatigué : la balade c’est tous les jours, et si besoin plusieurs fois par jour, ils sont faits pour ça et en ont besoin. Idéalement le matin, ça leur permet de dormir la journée quand vous êtes occupé à autre chose. Pour ma part, notre objectif avec Charlie (en temps normal) c’est entre 1h et 1h30 par jour et en moyenne nos 10 000 pas quotidien. Le reste c’est que de l’organisation.

Gardez également en tête que les chiens vivent au rythme qu’on leur impose. Un chien qui ne se balade pas ou pas assez ne montrera pas nécessairement qu’il est malheureux ou qu’il s’ennuie. En revanche il aura surement un peu trop d’énergie disponible ou au contraire enchainera sieste sur sieste et manquera de motivation. Ils ont une capacité de résilience et d’adaptation incroyable. L’idée n’est pas non plus de les sécher à coup de 8h de rando par jour, mais le tout est de trouver le bon équilibre et surtout de trouver ce qui correspond à votre duo : à ses capacités et à votre organisation. C’est là aussi une histoire de compromis et ce n’est pas la peine de s’auto-flageller si de temps en temps ça saute, nous n’avons tous que 24h dans une journée.

L’IMPORTANCE DE LA BALADE POUR NOUS, HUMAIN

Enfin, je voulais consacrer une partie de cet épisode à mettre en lumière les bienfaits que la balade peut avoir sur nous humain, et ils sont nombreux. Il n’y a d’ailleurs pas nécessairement besoin d’un chien pour vivre tout ça (mais quand même).

  • Se reconnecter à la nature: voir ses lieux de balade évoluer au fil des saisons, passer du temps dehors, la tête en dehors des écrans, faire des rencontres, observer la végétation vivre et écouter le bruit du vent dans les arbres. Tout ce que je vous ai expliqué sur les besoins du chien au début de cet épisode est aussi valable pour nous. Je pense sincèrement qu’on en a profondément besoin même si malheureusement, et comme beaucoup d’autre choses, notre société nous l’a fait oublier.
  • Se connecter à son chien: c’est pendant les balades qu’on découvre qui il est, la confiance qu’il nous accorde, ce qu’il aime, ce qui lui fait peur et comment il se rassure, comment il communique, comment il vit ces moments. Observer le silencieusement, vous en apprendrez beaucoup.
  • S’offrir un moment pour soi: Au-delà de la reconnexion à la nature, c’est aussi un moment pour soi que l’on s’offre. Même si notre chien est présent, souvenez-vous que le but c’est de le laisser être chien. Gardez toujours un œil sur lui évidemment, mais profitez-en pour déconnecter de toutes les info que vous avez dans la têtes pour profiter de l’instant présent, dans un monde bien réel et vivant. Respirez l’air frais, profiter de la lumière.
  • Sortir de sa zone de confort, encore et toujours. On n’a souvent pas envie d’y aller mais on y va, contraints et forcé parce que notre chien en a besoin. Parfois, s’occuper des autres permets par ricochet de se faire du bien à soi. Je trouve que c’est tout à fait le cas avec la balade. De moi-même, je trouverai sans doute toujours un prétexte pour ne pas y aller. Mais si c’est pour son chien, on le fait d’abord pour lui, puis pour nous, jusqu’à ne plus pouvoir s’en passer (ou presque).

Pour vous parler un peu de mon expérience, jusque-là, les balades c’était environ 1h-1h30, quasiment tous les jours. J’ai assez vite remarqué que c’était devenu un moment important pour moi. Mais j’en ai eu un bonne confirmation cet été. Comme je vous le disais dans le dernier épisode et sur Instagram, Charlie a eu un accident à notre retour de vacances. Résultat, 1 mois total de repos : pas de balade, pas de jeu, limitation des déplacements au maximum.

Du coté de Charlie, il a plutôt bien géré cette période. Je crois qu’il a bien sentit et accepté le fait qu’il avait mal et que ses déplacements étaient difficiles et qu’une balade était complètement impossible. Il n’a réclamé de sortir qu’à partir de 3.5 semaines ! Il a beaucoup beaucoup dormi durant cette période, mais était très content de pouvoir passer tout ce temps dans son jardin qu’il a un peu redécouvert. Ça ne remplaçait pas les balades, mais c’était quand même l’occasion de prendre plein d’odeurs, de dormir à plein d’endroits différents et c’était plus distrayant que le salon.

De mon côté, ça a en fait été plus difficile. J’ai rapidement pris conscience à quel point les balades étaient devenues importantes dans mon équilibre. A quel point ce moment de connexion un peu hors du temps était presque devenu une condition à ma bonne humeur. Si bien qu’un soir, je suis partie toute seule me balader. Et ça m’a fait un bien fou.

En conclusion, je ne peux que vous inviter à vous balader. Bien sûr pour votre chien qui en a vraiment besoin mais aussi pour vous.

Bonne Balade !

SOMMAIRE

  • 00:10 : Présentation de l’épisode
  • 02:28 : La balade, un besoin pour nos chiens
  • 08:13 : Une balade riche, quotidienne et adaptée à son chien
  • 15:09 : L’importance de la balade pour nous humain
  • 18:40 : Soutenir le podcast

ON EN A PARLÉ DANS CET ÉPISODE

CREDIT

Musique : Dolling – Cybersdf

Identité graphique : Mélanie Giangreco

Bonne écoute !